04/06/2020

A.P.A.K. 07 87 63 48 49

 

 

A LIRE ET A MEDITER AVANT D'ADOPTER. Merci.

Adoption responsable : qu'est-ce que vous ne comprenez pas dans ces 2 mots ?, vous qui nous ramenez des chiens quelques jours ou plusieurs semaines après les avoir adoptés.

Vous pensez qu’un animal est tel un objet acheté en grande surface que l’on peut retourner au refuge parce qu’il ne vous convient pas ?

Il vous a pourtant été expliqué que si ces chiens se retrouvent à l’adoption, c’est qu’ils ont été abandonnés et que cet abandon leur a causé un traumatisme.
Il vous a été dit qu’il faut du temps, de la patience et beaucoup d’amour pour qu’ils se sentent enfin bien dans un nouveau foyer.
Vous saviez que les bénévoles du refuge étaient disponibles pour vous donner des conseils, pour vous aider à mettre en place des solutions en cas de problèmes, pourtant vous ne les avez jamais contactés…
Mais non, vous vouliez un chien parfait du jour au lendemain, alors c’est le retour, un nouvel abandon et un nouveau traumatisme qui s’ajoute au précédent pour ce chien.
Avez-vous seulement pris conscience qu’un animal est un être sensible, qu’il a des émotions, et qu’il ne comprend pas pourquoi cette famille, qui pour lui était l’espoir d’une nouvelle vie, l’abandonne à nouveau ?
Et vos excuses sont plus pitoyables les unes que les autres.
- Il s’échappe ! Et oui, s’il est tout seul la journée entière et que la clôture est un grillage d’un mètre de haut, rien de surprenant.
- Il est peureux ! Il faut parfois des semaines, voire des mois pour qu’un chien craintif retrouve confiance dans les humains et se sente enfin à l’aise.
- Il aboie dans l’appartement ! Tout seul, toute la journée, dans un nouvel environnement, mettez-vous à sa place.
- Il grogne sur mon autre chien ! Là encore du temps est nécessaire pour que chacun trouve sa place.
- Il ne revient pas au rappel ! Vous l’avez lâché sur la plage le lendemain de son adoption, cherchez l’erreur !
- Il tire en laisse ! La marche en laisse s’apprend, les grands chiens ont de la force et il y a des éducateurs canins…
Tout ça, les bénévoles du refuge vous l’ont expliqué en détail le jour où vous êtes venu le chercher, certains d’entre vous ont même dit   
« pas de soucis, si on l’adopte ce n’est pas pour le ramener », et pourtant une semaine plus tard le chien est là à nouveau…
Alors pourquoi avez-vous adopté un chien ?
Il faisait pitié ?Il était beau ?Vous vouliez faire une « bonne action »?
Là, c’est sûr que vous n’aviez rien compris !
Ce que le chien comprend lui, c’est qu’il a été abandonné à nouveau, trahi par ceux en qui il avait mis sa confiance et son amour et qu’au final, il se retrouve encore une fois derrière des grilles, alors qu’il aurait suffi d’un peu de patience, d’éducation et de temps…
L’avez-vous vu pleurer et essayer de vous suivre quand vous êtes partis, parce que lui ne voulait pas vous abandonner et qu’il vous aimait ? Qu’importe vous l’aviez déjà oublié, et, si ce soir il dort seul au fond de son box plutôt qu’au chaud dans son panier chez vous, la belle affaire, ce n’est qu’un chien !

Heureusement que vous n’êtes qu’une toute petite minorité dans ce cas et que la grande majorité des adoptants a bien compris ce que signifiait une adoption responsable, qu’accueillir un chien c’est source d’un immense bonheur, mais aussi de quelques contraintes et parfois de petits désagréments.
Mille fois merci à eux.

      

       

       

nouvelle collecte réussie au Leclerc d'Herbignac.

L' APAK  remercie Leclerc et sa clientelle qui a été généreuse pour nos animaux.

 merci aux bénévoles

Nouvelle collecte

              samedi 19 janvier 2019

                   de 10H à 19H

             Leclerc   d ' HERBIGNAC 

 

Notre première collecte.

Nous remercions Villaverdé et ses clients pour cette collecte réussie.

Merci aux bénévoles.

Communiqué de presse

La protection animale en presqu’île guérandaise n’existe plus.

Depuis le 27 septembre 2013, il n’existe plus de refuge sur la presqu’île guérandaise, l’APAK ayant été mise à la porte des locaux qu’elle occupait à la fourrière de Guérande.

Aucune structure pour accueillir les animaux en sortie de fourrière n’a été mise en place.

Depuis la loi du 6 janvier 1999 – article L 99-5 – les fourrières n’ont plus le droit de pratiquer des adoptions. Les chiens et les chats entrés en fourrière, après le délai de garde de 8 jours francs, doivent être confiés à une association de protection animale, qui seule a le droit de les faire adopter.

Le problème se pose pour l’APAK au quotidien. Depuis le mois de juin dernier, notre association a reçu prés de 300 appels téléphoniques de particuliers en recherche de solution pour les animaux : chiens et chats perdus, trouvés, abandons, chats errants adultes et portées de chatons, etc… Nous n’avons pas de réponse à leur apporter, faute de locaux.

Notre site internet APAK a été visité prés de 100 000 fois. A la lecture de ces chiffres, tout commentaire est inutile.

Le 27 janvier 2015, nous avons adressé un courrier aux maires de la CARENE et de CAP ATLANTIQUE pour attirer leur attention sur la nécessité d’une concertation au sujet des chats errants sur leur commune. Cinq communes sur les 23 ont accepté de nous recevoir, aucune suite à ce jour.

Depuis le 1er janvier 2015 : « les chats identifiés, sans propriétaire ou sans détenteur, vivant en groupes dans des lieux publics, sur le territoire d’une commune, ne peuvent être capturés qu’à la demande du maire de cette commune.

Ces animaux ne peuvent être conduits en fourrière que dans la mesure où le programme d’identification et de stérilisation prévu à l’article L 211-27 du code rural ne peut être mis en œuvre. »

Ce n’est pas en ignorant un problème que nous allons le résoudre. L’inaction donne une image déplorable auprès des milliers de touristes qui passent leurs vacances en presqu’île. Des colonies de chats se reproduisent et nous avons tous sur notre commune des portées de chatons au printemps ; chatons qui à 6 mois vont eux aussi se reproduire.

39 communes du Maine et Loire ont mis en place un programme de stérilisation des chats errants, pas une seule en Loire-Atlantique !!

Durant les vacances, de nombreux touristes nourrissent les chats errants. Ces animaux, après leur départ, sont affamés et craintifs.

Nous invitons les élus à nous recevoir : la reproduction féline ne pourra être maîtrisée que si des actions sont mises conjointement en place par les communes, les citoyens, les propriétaires de chats, les vétérinaires, les associations de protection animale.

Des vétérinaires nous ont assuré de leur engagement si un programme de stérilisation était mis en place en presqu’île.

Nous demandons aux défenseurs de ces animaux de nous soutenir dans notre action,

soit par courrier : APAK, 9 allée des Goëlands, 44500 La Baule

soit par courriel : apak44@orange.fr

Nous n’y arriverons pas seuls.